Compte rendu de la journée professionnelle “Conserver ou désherber ? La gestion des collections XIXe – XXe siècles en bibliothèques territoriales” (Tours, 30 septembre 2022)

            Une journée professionnelle, intitulée Conserver ou désherber ? La gestion des collections XIXe – XXe siècles en bibliothèques territoriales, a été organisée par le Centre d’études supérieures de la Renaissance à la bibliothèque centrale de Tours le 30 septembre 2022. Elle visait à nourrir la réflexion des collègues confrontés au sein de leur établissement à ce pan documentaire qui, d’un point de vue juridique, ne relève pas du champ patrimonial, et qui, sur le terrain, n’appartient déjà plus aux collections courantes.

            La première communication a été consacrée au cadre juridique des collections XIXe-XXe siècles en bibliothèques territoriales (Pierre-Jean Riamond, Service du livre et de la lecture, chef du bureau du patrimoine).

            Après avoir rappelé la définition du patrimoine écrit en bibliothèques territoriales (art. R. 311-1 du code du patrimoine), la communication a justifié le critère d’ancienneté et la date de 1830 comme terminus ante quem : cette borne chronologique « correspond à la fois à des évolutions techniques avérées dans la production de livres imprimés mais également à une inflation sensible des volumes de production. » Dès lors, le ministère de la Culture a choisi de ne pas rendre patrimoniaux les imprimés postérieurs à cette date afin de ne pas entraîner des complications quant à la volumétrie et à la conservation des collections.

            Néanmoins, deux dispositions ont été prévues pour compenser cette décision :

1/ les bibliothèques territoriales ont la possibilité de passer par une procédure de « patrimonialisation » pour rendre patrimoniaux des imprimés postérieurs à 1830 et qui ne répondraient pas aux critères de rareté et de préciosité ;

2/ les bibliothèques municipales classées peuvent intégrer dans le plan national de signalement des collections imprimées entre 1830 et 1914 (ce qui, par ailleurs, fournira un élément de référence pour les autres bibliothèques dans leurs décisions de « patrimonialiser » ou non ces collections).

            L’intervention est ensuite revenue sur la procédure de « patrimonialisation » des collections XIXe-XXe siècles. La démarche est réglementée et collégiale, car « elle implique une décision de conservation pérenne des collections concernées ». Elle nécessite que l’assemblée délibérante (conseil municipal, conseil communautaire) adopte « une délibération approuvant l’entrée à son domaine public mobilier des documents dont elle est propriétaire et proposés à la patrimonialisation ». Une liste des documents concernés doit être annexée à cette délibération. Si certains ouvrages sont propriétés de l’État (concessions ministérielles du XIXe siècle, documents issus des confiscations consécutives à la loi de 1905), l’accord du préfet de région (DRAC) sera obligatoire.

            Enfin, deux exceptions ont été évoquées. D’une part, il a été rappelé que les collections iconographique et sonores étaient considérées comme anciennes une fois dépassés les 50 ans d’âge. D’autre part, les bibliothèques concernées par le Dépôt légal imprimeur disposent d’un vadémécum publié par la Bibliothèque nationale de France en 2021, qui traite de ces questions.

            La deuxième communication portait sur l’importance de préserver et de valoriser les fonds des bibliothèques populaires (Agnès Sandras, conservatrice des bibliothèques, chargé des collections d’histoire de France à la BnF, historienne et chercheuse associée au centre Zola).

            Dans une première partie, l’histoire des bibliothèques populaires a été parcourue en s’appuyant sur la destinée de quatre établissements : la bibliothèque des amis de l’instruction à Paris, la bibliothèque cantonale de La Ferté-sur-Amance (Haute-Marne), la bibliothèque populaire municipale de Vernon (Eure) et la bibliothèque des Amis de l’instruction d’Epernay (Marne). À travers ces exemples, ont été rappelés plusieurs évènements et figures de l’histoire des bibliothèques populaires : la promulgation de la circulaire Rouland (1860), les rôles de la Société Franklin et de Jean Macé ou encore le déclin des populaires au profit de la lecture publique.

            La deuxième partie s’intéressait à l’historiographie de cette discipline. Les années 2010 ont marqué un tournant dans la manière d’étudier les bibliothèques populaires en raison, d’une part, des nombreuses numérisations mises en ligne qui ont facilité l’accès aux sources et, d’autre part, des ouvrages qui ont renouvelé les questionnements à ce sujet1.

            Des pistes pour valoriser – et préserver – ces fonds ont été développées dans une dernière partie. Elles se fondaient sur des expériences concrètes, comme l’exposition « Pop » à la médiathèque de Chambéry en 2021. L’intervenante a souligné l’importance de partir des sources archivistiques et matérielles dès lors que l’on souhaitait retracer l’histoire d’une bibliothèque populaire et en dégager les spécificités locales.

            Le second temps de la journée était dédié à la question croisée du désherbage et de la conservation des collections XIXe-XXe siècles. Une communication à deux voix a ouvert l’après-midi. Caroline Laurent, responsable des collections patrimoniales de la bibliothèque des Quatre-Piliers de Bourges, a fait part de ses interrogations quant à la méthodologie à mettre en œuvre pour désherber le fonds général-étude de son établissement tandis que Régis Rech, responsable des collections patrimoniales de la bibliothèque municipale de Tours, a proposé une méthode de travail élaborée à partir du désherbage progressif de l’ancien fonds de la bibliothèque. Marie-Claude Pasquet, bibliothécaire indépendante œuvrant dans le secteur du patrimoine écrit, a complété les interventions précédentes en prescrivant des conseils pratiques à mettre en place lors d’un chantier de désherbage. Elle a conclu la journée en animant un atelier lors duquel elle proposait de conserver ou de désherber des ouvrages XIXe-XXe siècles apportés par chaque participant.

            Au terme de ce riche après-midi, plusieurs axes directeurs et recommandations pratiques ont été répétés et soulignés. Nous en avons identifié certains :

En amont

  • Consolider et formaliser sa politique documentaire ;
  • Prendre connaissance des politiques documentaires et des spécialités des bibliothèques du réseau et de la région.

Dans les magasins

  • Evaluer chaque titre, chaque ouvrage : quel statut juridique (dépôt de l’État, legs, don, acquisition sur fonds propres) ? lien avec la politique documentaire ? quel état physique ? lien avec l’histoire locale (auteur, maison d’édition, provenances,…) ? répond-il au critère de rareté (moins de 5 occurrences dans le CCFr) ?
  • Si les ouvrages ne sont pas catalogués : travailler dans un tableur au sein duquel on renseignera plusieurs colonnes (état physique, ouvrage complet / incomplet, série complète / incomplet, provenances,…).
  • Travailler en équipe : les agents « désherbeurs » doivent avoir des centres d’intérêt complémentaires ; les séances de désherbage ne doivent pas être trop longues pour éviter l’épuisement intellectuel et les décisions hâtives.

Désherber

  • Supprimer les notices du catalogue informatique ; établir une liste des cotes pilonnées ; mettre à jour les registres d’inventaire.
  • Proposer aux établissements du réseau, de la région ou spécialisés des documents à désherber qui pourraient rentrer dans la thématique de leurs collections.
  • Documenter l’action pour sensibiliser les élus à ces questions et transmettre l’information aux futurs collègues.

Ces axes directeurs pourront être utiles à qui souhaiterait mener un chantier de désherbage des collections XIXe – XXe siècles.



Citer ce billet
William Trouvé (2022, 2 décembre). Compte rendu de la journée professionnelle “Conserver ou désherber ? La gestion des collections XIXe – XXe siècles en bibliothèques territoriales” (Tours, 30 septembre 2022). Patrimoine écrit en Centre - Val de Loire. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sr0r

  1. Agnès Sandras (dir.), Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Villeurbanne : Presses de l’ENSSIB, 2014 []

Une réflexion sur « Compte rendu de la journée professionnelle “Conserver ou désherber ? La gestion des collections XIXe – XXe siècles en bibliothèques territoriales” (Tours, 30 septembre 2022) »

  1. BEAU

    Bonjour,
    vous passez sous silence la formalisation des dons des ouvrages déclassés. C’est une opération ingrate, mais indispensable si l’on veut éviter l’encombrement des réserves par des cartons en attente de Godot! Par expérience, je conseille:
    Primo, désigner un responsable de l’opération. Dans l’idéal, le responsable du pilon. Il tient le listing des ouvrages à donner, regroupés matériellement et informatiquement par carton (une feuille Excel par carton). Il prépare un courrier-type, fixant un délai de réponse (les 2 mois d’usage conviennent parfaitement), ainsi que l’engagement du destinataire de prendre lui-même livraison des cartons ou, à défaut, d’en payer le port postal. A cet effet, il indique le SIRET de la collectivité. Avant tout envoi, il téléphone à chaque directeur de bibliothèque à pressentir. Si réponse positive : Il fait signer et envoyer le courrier et crée une alerte à chaque départ (ici: 2 mois).
    Secundo, à réception de chaque réponse écrite, il gère le rendez-vous ou prépare l’envoi postal (conditionnement et adressage des cartons). Dans ce dernier cas, il prévient les services comptables. Pour chaque carton parti , sa feuille Excel est reclassée.
    Tertio, il gère le pilon des cartons en souffrance (dons refusés ou courriers sans réponse). Responsable du pilon, il sait exactement où les stocker en attendant la benne.
    Notons que le destinataire a intérêt à procéder symétriquement pour éviter à ses réserves de devenir un purgatoire… infernal!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.